Pour quiconque n’évolue pas dans le secteur de l’énergie, et en particulier de l’électricité, les erreurs d’appréciation sont normales… et courantes. Voici quelques exemples d’erreurs lexicales et de notions qui peuvent sembler évidentes aux acteurs de l’énergie mais qu’il faut expliquer de façon régulière auprès du grand public au Québec.

La confusion entre mix énergétique et électrique

La confusion entre mix énergétique et mix électrique n’est bien sûr pas spécifique au Québec mais elle est assez courante dans la province. Il convient ainsi de rappeler que l’électricité compte pour 38% de la consommation finale d’énergie au Québec (contre 40% pour les produits pétroliers raffinés). Cette part de l’électricité dans le mix énergétique québécois est déjà très élevée par rapport à d’autres régions du monde (elle avoisine 25% en France) et devrait encore augmenter, notamment du fait du développement rapide des véhicules électriques au niveau provincial depuis 2012.

Une « ligne hydroélectrique » ?

Parler de « ligne hydroélectrique » est une autre erreur assez fréquente au Québec, qui s’explique par le fait que l’hydroélectricité compte pour près de 94% de la production totale d’électricité de notre province (1) (et pas moins de 99% de celle du principal producteur, la société d’État Hydro-Québec). Une ligne de […]